450.654.1153

Pour nous joindre Qu'est-ce que le TDAH? Qu'est-ce que PANDA? Devenir membre Nos donnateurs

L’ado et le TDAH

Que faut-il savoir ?


L’adolescence est une période développementale pouvant s’avérer difficile dû aux nombreux changements observés chez l’adolescent. Ces changements sont d’ordre physiologique, émotif, cognitif et comportemental. Les principales difficultés vécues lors de cette période sont accrues pour les adolescents atteints d’un TDAH. Comme parent, il faut s’en soucier. Vous devez aussi savoir que les parents d’adolescents estiment déjà que la traversée de l’adolescence est un défi. Il vous faut donc trouver des trucs, chercher de l’aide au besoin et surtout, avoir le courage de ne pas être des parents parfaits. Ajoutons le TDAH. . . 50 à 80% des enfants demeurent hyperactifs à l’adolescence ou évoluent vers d’autres troubles. Ainsi, le TDAH ne disparaît pas, mais change. Dans la majorité des cas, l’agitation motrice s’estompe. Les difficultés vécues par l’ado, liées à une scolarité ardue et à des échecs fréquents peuvent être accentuées par son impulsivité et des problèmes de comportement. Ces derniers provoquent des difficultés relationnelles entre le jeune et ses enseignants, entre le jeune et ses parents. . . À la recherche de sensations fortes L’agitation motrice peut faire place à une incapacité à rester en place. L’ado s’engage alors dans de nombreuses activités et peut avoir des vues sur des comportements à risque. Certains adolescents «neurotypiques» recherchent déjà des sensations fortes. Les ados TDAH le font aussi, mais leur impulsivité implique qu’ils ne calculent pas les risques en pourchassant seulement le plaisir immédiat. Les troubles associés au TDAH (comorbidités) Il est rare que le TDAH soit la seule affection d’un enfant. À l’adolescence, on pourra identifier une comorbidité. La comorbidité est la coexistence chez un même patient de deux ou plusieurs troubles ou maladies. Les principaux troubles associés au TDAH sont :

  • Troubles d’apprentissages - dont la dyslexie ou la dyscalculie
  • Troubles du sommeil
  • Troubles oppositionnels
  • Troubles anxieux
  • Troubles des conduites
  • Troubles dépressifs
  • Syndrome des jambes sans repos

Comme vous pouvez le constater, votre rôle n’est pas facile. C’est pourquoi nous vous encourageons à chercher de l’aide et à préserver le plus possible une saine relation avec votre enfant. C’est un des meilleurs facteurs de protection. Les plus vulnérables : les oppositionnels Pourquoi chercher de l’aide lorsque notre jeune a un TDAH avec trouble d’opposition? C’est que ces jeunes sont plus vulnérables. En intervenant avec l’aide de personnes ressources, vous pouvez prévenir une évolution vers les troubles de conduite. Il est important d’agir rapidement, à ce stade de développement, il faut une équipe pour accompagner l’ado et modifier ses schèmes de pensée et ses comportements.

Certaines statistiques sont alarmistes quant aux dangers de consommation et de dépendance. Misons plutôt sur la prévention. Chez l’ado TDAH, l’usage de drogues peut répondre à un besoin de stimulation ou encore permettre de réduire l’agitation interne présente. Nous avons dans notre région un organisme qui connait bien le TDAH et qui peut répondre à vos questions. Si vous êtes inquiets, n’hésitez pas à communiquer avec Uniatox au (450) 968-0363, leur site Internet :
http://www.uniatox.org/. Les filles alors? Les manifestations de l’hyperactivité chez les filles ne se présentent pas tout à fait comme celles des garçons. Vous pouvez visionner la conférence du Dre Annick Vincent, qui nous parle sur ce sujet, à partir de notre site Internet. Rappelons-nous toutefois qu’elles sont plus à risque de grossesse précoce (inscrire référence).


P
A
R
T
A
G
E
Z
[ X ] Partagez